Qualité industrielle - 3 minutes
-

Objectif Industrie 5.0 accompagner l’industrie ne s’arrête pas à sa digitalisation

Notre Blog
Intérieur d'un bâtiment industriel avec un casque de protection blanc au premier plan

Vers l’Industrie 5.0 : Un paradigme industriel en évolution

Alors que le paradigme de l’industrie 4.0 n’est pas encore pleinement implémenté sur l’ensemble du secteur, en particulier au sein des petites et moyennes entreprises, les évolutions sociétales impulsent une variation continue de ses préceptes qui ne peut être obérée.

En effet, le retour sur investissement attendu du fusionnement des mondes physique et virtuel au sein de l’industrie n’a pas encore atteint son plein rendement que de nouveaux défis se font jour et réclament déjà une adaptation des feuilles de route industrielles, incitant à une innovation rapide capable de générer de la valeur au service de la société. C’est le genre de défis qu’impose par exemple le « pacte vert pour l’Europe », dont l’objectif est de rendre l’Europe climatiquement neutre en 2050.

De fait, l’industrie du XXIème siècle, aujourd’hui dénommée Industrie 5.0, en arborant des valeurs sociales et écologiques, se veut centrée sur l’humain et ses valeurs plus que sur une productivité économiquement optimisée. Malgré tout, les acteurs industriels fédérateurs en la matière ne l’identifient pas comme une rupture mais bien comme une évolution de l’industrie 4.0 induite par un recentrage jugé inéluctable.

Un recentrage vers la génération de valeur : l’objectif ultime de l’Industrie 5.0

En remettant en avant les concepts initiaux de la version précédente, l’Industrie 5.0 se veut fondamentalement centrée sur l’humain et à son service, dans le sens où elle s’aligne sur les valeurs sociétales.

À ce titre, la mise en œuvre de nouvelles technologies n’est plus considérée comme une finalité en soit mais bien comme un moyen au service d’une vision qui requalifie les objectifs d’efficacité du monde industriel pour les axer vers une contribution à la société et non uniquement vers la productivité.

Sur le plan humain, cette réorientation place le collaborateur au centre du processus de production et incite à utiliser les nouvelles technologies pour rendre compatible l’environnement industriel avec les valeurs sociétales et non l’inverse. L’intention est donc bien d’y rendre chaque fonction plus sûre, moins contraignante, mais aussi porteuse de sens, dans une logique de collaboration humains/machines mettant en exergue leurs plus-values respectives qui se veulent complémentaires.

Parallèlement, l’industrie du XXIème siècle se recentre également vers les valeurs de durabilité et de résilience, objectifs pour lesquels elle fait régulièrement appel à l’innovation technologique.

Bras articulé piloté par tablette tactile
Imprimante 3D industrielle fabricant un élément bleu

Industrie 5.0 : quelles conditions à l’atteinte des objectifs ?

Premièrement, l’intégration de l’ensemble des futurs bénéficiaires tout au long du processus d’intégration est nécessaire afin de les impliquer dans la création de valeur, qu’elle soit sociale ou environnementale. En effet, l’acceptation des nouvelles technologies ainsi facilitée devient facteur de confiance, voire de fierté, sur le long terme.

Ceci s’avère d’autant plus important lorsqu’il s’agit d’intégrer aux processus métier des technologies complexes dans une logique de coopération humain/machine. Il faudra alors les rendre compréhensibles afin d’être en mesure d’en démontrer pleinement la valeur ajoutée, étape indispensable à l’obtention d’une adhésion marquée.

Enfin, les individualités devront être prises en compte à différents niveaux, notamment celui de la formation, qui, si elle est suffisamment différenciée, permettra à chaque collaborateur de tirer le plein potentiel de ces nouvelles technologies.

Humain en chemises bleues et avec casque de protection montant un escalier de chantier en plein air

Industrie 5.0 : un partenariat au-delà de la digitalisation

S’inscrire en tant que partenaire de l’industrie ne consiste pas simplement à fournir et intégrer des solutions techniques innovantes au sein de l’écosystème de production. En effet, pour permettre au monde industriel d’atteindre les objectifs de l’Industrie 5.0, il est nécessaire d’adhérer pleinement à la vision qu’elle constitue et de s’impliquer dans son mouvement de manière plus globale.

À l’égal des technologies, la digitalisation de l’industrie n’est qu’un moyen et non une finalité. À ce titre, elle consiste à outiller les processus de production industrielle dont la prise en compte systématique doit se faire en pleine connaissance des objectifs stratégiques à court, moyen et long terme.

En effet, afin d’être à même de créer la meilleure valeur ajoutée, il faut maîtriser la feuille de route globale de l’entité et pas uniquement celle de sa DSI. Le partage de la vision que cela induit permet d’enforcir les processus de conception et d’implémentation de valeurs communes comme la durabilité et la résilience, puis, à terme, de démontrer la plus-value de l’innovation.

Ceci fait, il est essentiel de s’assurer que la modification des processus ne soit pas source de cassure numérique.

Personne portant un casque avec visière accroupi au sein d'une pièce en néons

L’accompagnement vers l’Industrie 5.0 : un processus total

La création de valeur ne peut être totale que si chacun est à même de tirer le plein potentiel des processus métier ainsi réoutillés. L’accompagnement vers l’Industrie 5.0 se doit donc logiquement de prévoir une phase de formation.

L’optimisation des processus industriels par apport de technologies innovantes impacte quasi systématiquement les problématiques de cybersécurité et de protection des données. De même, le niveau de confiance des collaborateurs peut également s’en trouver affecté de manière insidieuse. Il est donc primordial que l’accompagnement soit complet et comprenne une conduite du changement assortie d’une formation adaptée aux besoins de chacun.

L’apprentissage hybride est un type de formation qui continue de faire ses preuves en matière de formation différenciée à la collaboration humains/machines dans le monde de l’industrie. En effet, à la personnalisation des cours en présentiel vient aujourd’hui s’adjoindre la capacité d’adapter les parcours de formation à distance grâce au concours de l’intelligence artificielle.

Ainsi, cet accompagnement, en assurant la compatibilité des objectifs industriels avec les valeurs sociétales, crée de la valeur et, finalement, donne du sens au travail.